Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 09:19

Février/mars, c'est la saison des vêlages, tant chez les Abondances que chez les Salers : une douzaine de veaux sont d'ores et déjà nés, il en reste donc un vingtaine à naître pour le mois prochain et sur les premiers jours d'avril...

Certaines nuits se passent donc en surveillance, plus ou moins utile d'ailleurs car on a beau commencer à bien maîtriser les choses, les vaches nous ménagent de temps en temps quelques surprises !

Comme Ella hier : Louis pensait le vêlage imminent depuis 2 jours et, ne partageant pas vraiment son avis, j'ai néanmoins assuré une surveillance aussi rapprochée qu'infructueuse... Et puis hier soir vers 18 h, le travail a commencé. Je pensais avoir largement le temps : d'habitude, il faut compter entre 2 et 4 heures de travail et si ça commence souvent vers l'heure de la traite du soir, ou après le repas du soir (le remplissage de la panse restreignant la place du veau et provoquant sa sortie), la naissance intervient donc rarement avant les toutes dernières heures de la journée (23 h et quelques...) voire au commencement immédiat du jour d'après (minuit et des brouettes, quoi...) me laissant en général le temps de dîner, passer un peu de temps sur internet, avant de retourner assister la mère...

Or là, alors que je lavais les pots en fin de traite vers 19 h, Ella m'a appelé et en 5 minutes a posée une génisse plutôt jolie ! Il faut savoir qu'Ella est notre plus petite vache, à peine 450 Kg quand les autres font autour de 700, et qu'on imaginait qu'elle allait accoucher d'une souris. En fait, sa fille fait une trentaine de Kg et des Abondances plus grosses font parfois des veaux plus petits ! Donc en 1 h 30, tout a été bouclé et la soirée respectée puisque j'ai terminé le travail du soir avec à peine un quart d'heure de retard sur une soirée sans naissance ! Après la mise bas, il faut en effet compter un peu de temps pour faire lécher le veau par sa mère, puis la traire un peu et donner immédiatement à boire ce colostrum (premier lait qui contient une dose importante d'anti-corps) au petit veau.

Ainsi les vaches commencent à être rodées et nous aussi : depuis le démarrage de nos activités, nous avons fait naître 220 veaux sur la ferme... Une petite centaine chez les laitières et le reste chez les allaitantes ! Sur ce total, environ 110 femelles contre 100 mâles. Au début, il y a eu quelques cas complexes : des arrivées par le siège et une unique intervention du véto (inutile d'ailleurs...) mais depuis les choses fonctionnent bien, on sait quand intervenir, ou pas, et les choses se passent donc naturellement.

____________

PS : désormais, les commentaires sont soumis à validation préalable pour éviter notamment les robots publicitaires. Désolé pour la "gêne occasionnée"... mais n'hésitez pas à laisser un petit mot : tous les messages constructifs sont publiés !

Estièle avec un petit mâle né le 6 février

Estièle avec un petit mâle né le 6 février

Ella et Joyeuse née le 28 février à 19 h

Ella et Joyeuse née le 28 février à 19 h

les mêmes

les mêmes

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Andy 01/04/2014 06:39

Bonjour,
Elles sont attachées court et pas trop de paille non plus ...
J'ai plus l'habitude de voir ça et c'est là que je me rend une fois de plus compte qu'en stabulation les bêtes sont bien mieux !
Pas d'impact sur le goût du fromage cependant.
@+

Antoine 01/04/2014 12:06

Alors, prenons les choses dans l'ordre !
Le système d'attache est le système traditionnel de montagne ; il existe depuis des centaines d'années et il a de multiples raisons parmi les principales : la place ! Figurez-vous que pour une stabulation, il faut construire un bâtiment neuf et donc condamner l'ancienne étable. Ensuite, il faut construire un bâtiment où la place par vache est d'environ 10 m² contre 3 dans une étable entravée. Cela implique donc de construire une cathédrale de 250 m² minimum contre une étable de 80 m² à l'heure actuelle.
En fait : il n'y a pas la place par ici, les pentes ne permettent pas ce genre de construction, donc on retourne en plaine et on arrête la production de fromages de montagne qui n'ont pas du tout, mais vraiment pas du tout, le même goût que les fromages de plaine.
Ensuite, en stabulation, il faut couper les cornes des vaches : je pense que si le Bon Dieu les a créées avec des cornes, c'est pour qu'elles vivent avec des cornes et personnellement, je ne sais pas vous, mais je suis assez opposé aux mutilations quelles qu'elles soient, des humains ou des bêtes.
Enfin concernant la paille, nous en utilisons peu car les vaches sont sur des tapis de caoutchouc. C'est un investissement important mais qui nous semblait cohérent avec nos exigences pour le confort des vaches. Du coup, ces tapis isolent suffisamment pour économiser la paille que nous ne produisons pas mais achetons avec des coûts de transport et donc un impact environnemental trop important à nos yeux, d'autant plus que les tapis sont en matériaux recyclés, donc les avantages sont multiples !
En espérant avoir ainsi répondu à vos interrogations. Cordialement.

colette 01/03/2014 11:13

C 'est un beau cadeau printanier qui s'annonce avec une nouvelle naissance !
je crois savoir que la neige est encore au Rendez -Vous depuis hier ?
Bon samedi 1er Mars
Colette

Présentation

  • : Ferme des Supeyres et Fourme d'Ambert fermière à Valcivières
  • Ferme des Supeyres et Fourme d'Ambert fermière à Valcivières
  • : La vie au jour le jour de la Ferme des Supeyres : les vaches, les fromages, la région...
  • Contact